Réussir l’épreuve orale des concours administratifs

Une femme qui passe un concours oral

Dans le premier volet relatif au stress dans les examens et concours administratifs, nous avons mis en évidence les difficultés à vaincre pour réussir les épreuves écrites. Ce second volet est consacré à la gestion du stress lors des épreuves orales. En effet, l’oral est présent dans de nombreux concours et examens professionnels. Il s’agit donc d’aborder ce qui empoisonne la vie de bon nombre de candidats : le stress. Et surtout d’apporter des conseils pratiques pour optimiser cette épreuve.

Dans la plupart des concours administratifs, l’épreuve orale s’intitule « entretien avec le jury » ou « conversation avec le jury ». Elle comprend 2 volets : d’abord la présentation par le candidat de son parcours professionnel ou de sa carrière, puis un questionnement par le jury.

Cet entretien avec le jury se rapproche de plus en plus des entretiens de recrutement du secteur privé. La mission du jury a pour objectif d’évaluer les compétences et le potentiel de chaque candidat pour recruter les meilleurs.

Vous êtes admissible à l’oral d’un concours ? C’est le moment de convaincre le jury de vous recruter. A vous de le surprendre et d’être percutant !


Bien préparer son oral pour éviter les regrets

Votre objectif est clair : réussir. Comme pour les épreuves écrites, une préparation est indispensable.

1) Se préparer intellectuellement

L’exposé de carrière
L’exposé de carrière ou d’activité doit être parfaitement préparé. Il s’agit de réaliser un socle écrit, construit, argumenté et convaincant. Il sera repris plus ou moins fidèlement au moment de l’oral. L’introduction devra être particulièrement soignée, la conclusion, partie plus délicate, encore davantage.
Cet exercice se double d’une seconde difficulté : préparer son exposé dans un délai donné de 5 à 10 minutes selon les concours. Il convient donc de s’entraîner rigoureusement pour tenir la durée fixée par le règlement.

Les questions du jury
La seconde partie de l’entretien est souvent redoutée par les candidats. Elle consiste en questions intervenant dans le cadre d’un dialogue. Attention, elle nécessite beaucoup de travail. Malheureusement, les candidats y consacrent un temps insuffisant.
Les questions posées par les membres du jury portent sur différents points : l’exposé, le dossier individuel et professionnel du candidat, le niveau du concours et le grade y afférent, des mises en situations professionnelles. Selon l’arrêté du concours, le candidat peut être interrogé sur son environnement administratif professionnel, sur les missions de son administration, sur l’actualité. Elles peuvent être parfois imprévisibles, voire humoristiques.
Elles servent à tester des connaissances, évaluer des savoir-faire, des aptitudes intellectuelles, des compétences relationnelles.
La préparation doit donc intégrer toutes ces formes de questionnement. Il est recommandé de s’entraîner régulièrement et activement. Vous gagnerez en fluidité et en assurance.

2) Se préparer mentalement et physiquement

Une bonne préparation inclura un travail de Développement personnel associé à une bonne hygiène de vie. Le candidat devra s’investir dans une meilleure connaissance de lui-même : se familiariser avec des techniques de communication et de détente. Si vous êtes particulièrement anxieux, soumis très régulièrement au stress, vous pouvez envisager une préparation mentale avec un sophrologue ou des séances de méditation. La réussite au concours peut en dépendre.

Aussi, la maîtrise de la respiration est essentielle pour travailler sa prise de parole en public. Elle participe à l’aisance du candidat par la qualité de la voix et de la diction. Elle le détend par son effet antistress. Pour vous exprimer avec aisance, il vous faut apprendre à respirer par l’abdomen. Cette méthode permet d’aspirer de l’air par la bouche et à l’expirer en parlant par le souffle.

Il est recommandé de prévoir un entraînement à la détente. Comme suggéré pour la préparation à l’écrit, il vous est possible de pratiquer des techniques de relaxation, utiles avant et pendant la prise de parole. Par ailleurs, la préparation mentale peut consister à pratiquer une technique appelée « visualisation positive ». Cette méthode efficace est utilisée par de nombreux sportifs pour préparer des compétitions. Pour un candidat à l’oral, elle consiste à imaginer le déroulement de sa prestation en y incorporant des éléments de réussite. Cette expérience est mémorisée dans le cerveau.

Pour la partie relaxation, pratiquez des séances d’étirements. Adoptez de temps en temps la position du cocher de fiacre : assis au fond de la chaise, écarter les jambes pour les positionner dans le prolongement du bassin, poser les bras sur les genoux, lâcher la tête et souffler. C’est une excellente technique pour lâcher prise.

Adopter la stratégie gagnante

L’objectif affiché est la réussite. L’adoption d’une stratégie écarte du fatalisme. Elle apporte assurance et savoir-faire.

1) Adopter les bonnes attitudes

La présentation personnelle doit être prise au sérieux par le candidat. Son style, son habillement, sa façon de se tenir ont un impact sur le jury. La part du non verbal est très importante. Tout d'abord l'habillement : le candidat doit être habillé juste. Il n’y a pas de tenue modèle, mais celle-ci doit être simple, classique. Le candidat doit s’y sentir à l’aise. Présentez vous détendu. Pratiquez la respiration abdominale pour dissiper les tensions corporelles. Asseyez-vous confortablement sur votre chaise, le corps droit bien calé, les membres inférieurs posés de part et d’autre, les pieds bien ancrés dans le sol. 
La présentation ne se limite pas à l'habillement, elle comprend l'attitude générale. En entrant dans la pièce où se déroule l’entretien, provoquez immédiatement une bonne impression. Créez une relation en regardant et saluant tous les membres du jury.

2) Ecouter et s’exprimer clairement

Un second aspect stratégique pour le candidat consiste à chercher à entrer en communication et à se synchroniser avec le jury. Une attitude d’écoute est indispensable. Elle permet de s’assurer de la bonne compréhension des questions posées et de repérer les éléments de réponse. Votre posture doit être stable, dynamique et ouverte. Votre regard doit balayer régulièrement le jury. C’est un signe de reconnaissance qui entretient la relation.

La seconde condition est de savoir s’exprimer en public. Une bonne diction, un bon débit, un discours bien construit seront mieux perçus par le jury car celui-ci sera plus attentif à ce que dit le candidat. Eviter d’accélérer ou de vouloir tout dire. Attention aux tics ! Ils traduisent un manque de Confiance en soi et peuvent irriter le jury. Eviter également les mots parasites : « euh », « donc », « alors », « effectivement » et l'horrible  « voilà » qui exprime un grand vide ou la peur du silence.

Communiquer, c’est encore se mettre en phase avec ses interlocuteurs. Cette adaptation développe la relation, affaiblit les éventuelles différences, instaure une connivence susceptible d’accroître les chances du candidat.

L'entretien avec le jury est donc l'occasion d'un dialogue au cours duquel le candidat doit convaincre et séduire ses interlocuteurs.

3) Savoir gérer son stress le jour « J »

Le trac ou le stress empoisonne la vie d’un grand nombre de candidats. Ce sera une préoccupation permanente avant et pendant l’épreuve. Mot d’ordre : rester calme. Que faire l’avant-veille ? Se détendre sans se démobiliser, s'oxygéner. Puis la veille de l’examen, vérifier les aspects matériels liés à l’épreuve (convocation, horaires de transports…). Eviter les importuns. Se coucher de bonne heure. Que faire le matin de l'épreuve ? Prendre un petit déjeuner consistant pour éviter le coup de pompe, arriver au lieu d'examen légèrement en avance. Pendant l'attente, faire des exercices de respiration profonde : le meilleur antidote du stress.

Puis, se préparer au face à face avec le jury. En entrant dans la pièce où se déroule l'oral, vous pouvez ressentir une certaine angoisse. Vous êtes soudainement envahi par une forte émotion qui peut vous paralyser brutalement. Créer des conditions psychologiques positives permet de dominer ce stress. Si vous vous êtes bien préparé, vous réagirez parfaitement. Votre confiance, votre détermination seront intactes.

Le stress vient de l’interprétation faite d’une situation à venir. 3 éléments peuvent perturber le candidat : des pensées négatives, des émotions ou sentiments négatifs (peur, colère ou surprise), des sensations physiques désagréables (bouche sèche, rougissement, tremblement)…
Pour sortir gagnant du face à face avec le jury, il faut apprivoiser le stress. Le candidat devra rechercher par lui-même des solutions pratiques, tester, évaluer ou encore ajuster des trucs et astuces sélectionnés. Il intégrera dans son entraînement cette méthode de travail. Grâce aux automatismes ainsi créés, il sera en capacité d’envisager le phénomène avec calme et détermination.

Mettez tous les atouts de votre coté : une préparation sérieuse, un entraînement à la prise de parole pour gagner en aisance et la capacité à gérer votre stress. Vous pourrez alors affirmer : « Je suis prêt ! ».

Yves Waron, Formateur en communication publique et préparation aux concours 
08/07/11
  Imprimer Imprimer Cet article sur votre blog
  Envoyer à un ami/collègue Envoyer à un ami/collèguePartager sur les réseaux sociaux : Facebook Twitter LinkedIn Viadeo
Liste d'articles relatifs à ce sujet : Secteur Public
 
Ne pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimer
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire.
Pour réagir à cet article, identifiez-vous ou créez un compte.

Newsletter
Test
Prise de parole en public : suis-je un bon communiquant ?

Etre Bien au Travail : 5 bonnes raisons de s'inscrire
Notre sélection de Formations