Sachez défendre un collègue victime de harcèlement moral

Un homme qui a l'air de mettre en garde

La prévention du harcèlement moral n’est pas que du ressort de l’employeur, du responsable des ressources humaines et des autres acteurs de l’entreprise. Cela doit être l’affaire de tous, y compris des salariés. Vous êtes témoin d’une situation de harcèlement ? Au lieu de vous voiler la face, comme on a souvent tendance à le faire aujourd’hui dans les organisations, réagissez !

En effet, rester passif ne fait qu’aggraver la dislocation du lien social et favorise les agissements malveillants. Et c'est la porte ouverte au harcèlement... Si vous craignez de témoigner, sachez que la loi de modernisation sociale de janvier 2002 a souligné la notion de protection des témoins. En principe, un témoin de Harcèlement moral ou sexuel ne peut être inquiété, ni licencié.


Alerter la hiérarchie

Témoigner dans une affaire de harcèlement n’est certes pas aisé ! La difficulté consiste à intervenir en toute discrétion, sans s’attirer de représailles. Si le courage est votre point fort, vous pouvez directement solliciter un entretien auprès de votre manager ou d’un supérieur. Ce dernier sera tenu d’agir. En effet, indépendamment de la véracité des faits, la Direction a l’obligation légale de protéger la santé physique et mentale de son personnel. Une enquête interne pourra alors être diligentée.

Rédiger un écrit anonyme

Une autre approche consiste à avertir par écrit l’un des acteurs de l’entreprise (responsable des ressources humaines, médecin du travail, représentants du personnel…), sans nécessairement divulguer son identité. Cette démarche suppose toutefois de ne pas proférer d’accusations gratuites ou diffamatoires. La discrétion s’impose : il s’agit d’alerter les acteurs de la prévention  sur une situation de souffrance qui dégrade l’ambiance de travail et démotive les membres de l’équipe. Par conséquent, mieux vaut rédiger un écrit le plus factuel possible, dénué de charge affective. Tenez-vous en à ce que vous avez observé : brimades, insultes, agressions, mise à l’écart du groupe, perte de responsabilités, privation de matériel de bureau…

Encourager la victime à réagir

Vous pouvez aussi inciter votre collègue à se défendre, notamment si votre action d’alerte n’a pas donné les effets escomptés. Il se sentira soutenu et l’ambiance de travail n’en sera que meilleure. L’objectif étant d’inciter la personne à sortir de son isolement et à solliciter elle-même des appuis en interne ou à l’extérieur de l’entreprise.

Rédiger un témoignage en faveur de la victime

Si la personne fragilisée engage finalement une action en justice, des attestations orales ou écrites lui seront précieuses. Si vous comptez l’aider en ce sens, votre témoignage devra être le plus factuel possible, étayé de dates, de circonstances et d’événements précis.

30/05/11
  Imprimer Imprimer Cet article sur votre blog
  Envoyer à un ami/collègue Envoyer à un ami/collèguePartager sur les réseaux sociaux : Facebook Twitter LinkedIn Viadeo
Liste d'articles relatifs à ce sujet : Situations difficiles / Conflits
Notre sélection de formation en partenariat avec Comundi.fr :
Derniers commentaires
brigouille , le 01.06.2012  -  sachez defendre un collegue  
et quand il s' agit d' une equipe entiere victime de ce genre de harcelement de la part d' une collegue, qui ,parcequ' elle a "un caractere bien trempe" se permet de dire tout et n' importe quoi jusqu' a mettre l' integrite de ces collegues en jeu!!!! comment faire
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire.
Pour réagir à cet article, identifiez-vous ou créez un compte.

Newsletter
Test
Etes-vous un bon manager ?

Etre Bien au Travail : 5 bonnes raisons de s'inscrire