Travailler en équipe

Savoir manager un collaborateur fragilisé

Collaborateur desespéré avec mains sur le visage

L’un de vos collaborateurs est en crise ou se trouve moralement affaibli par une maladie ? En tant que manager, à vous d’employer tous les ressorts de la communication interpersonnelle pour gérer cette situation délicate avec indulgence et fermeté.

Accepter la difficulté

Un manager confronté à un collaborateur fragilisé (par la maladie, la Dépression, un divorce…) doit commencer par accepter la situation. Pas question de se voiler la face, au risque d’aggraver le problème et de créer une mauvaise ambiance dans l’équipe.


Etre attentif aux signaux faibles

« Un manager doit savoir repérer et gérer cette situation de mal-être au niveau individuel et collectif », insiste le coach Arnaud Rochette, du cabinet Ressources et Management.
Mais comment chercher l’origine du malaise, sans être intrusif et sans enfreindre la vie privée de ce salarié ? « Le premier réflexe est d’être attentif aux signes révélateurs de malaise : mutisme, retards injustifiés, isolement, démotivation, absences répétées, tristesse… », poursuit le coach.
S’ils se multiplient de façon inhabituelle, envisagez un entretien avec ce collaborateur. En effet, inviter cette personne à s’exprimer peut l’aider à surmonter son mal-être.

Susciter le dialogue

La bonne attitude consiste à ne pas dramatiser son état, ni à le banaliser. Evitez les propos du style : « Allez, ressaisissez-vous, ce n’est pas bien grave ! » Ne cherchez pas non plus à connaître les causes de ses troubles. En tant que manager, cela n’est pas de votre ressort.
Pour aider ce collaborateur, montrez-lui que vous êtes prêt à relâcher la pression. Suggérez-lui, par exemple, de prendre quelques jours de congés.

Encourager l’action

Ensuite, vous pouvez indiquer à votre collaborateur qu’il peut faire appel à différents soutiens : médecin du travail, psychologue d’entreprise…
Vous pouvez également envisager ensemble des solutions concrètes pour que ce collaborateur retrouve de la motivation au travail.
Confier de nouvelles responsabilités ou une mission à une personne fragilisée peut suffire à la remettre sur les rails. Elle se sentira ainsi valorisée et utile. Le travail est parfois un bon antidote à la déprime…

Marie-José Gava, Médiatrice certifiée en résolution de conflits, Journaliste RH
23/11/09
  Imprimer Imprimer Cet article sur votre blog
  Envoyer à un ami/collègue Envoyer à un ami/collèguePartager sur les réseaux sociaux : Facebook Twitter LinkedIn Viadeo
Liste d'articles relatifs à ce sujet : Publics sensibles ; Relations interpersonnelles
Notre sélection de formation en partenariat avec Comundi.fr :
 
Ne pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimer
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire.
Pour réagir à cet article, identifiez-vous ou créez un compte.

Newsletter
Test
Etes-vous un bon médiateur ?

Etre Bien au Travail : 5 bonnes raisons de s'inscrire