Failles personnelles et freins professionnels

Quand notre histoire personnelle s’invite au bureau

Des parents avec leur enfant

Les événements que nous avons vécus durant notre enfance, les relations que nous avons développées avec les membres de notre famille, ont généré chez chacun d’entre nous une manière particulière de réagir et de communiquer avec notre entourage personnel et professionnel.

Nous retrouvons ainsi les échos de notre passé dans nos rapports avec le manager ou dans notre manière de nous comporter en équipe. Comprendre les fondements de notre personnalité permet d’identifier ce que nous « rejouons » dans notre quotidien professionnel et ainsi de mieux vivre notre vie au bureau.


Notre manager, ce parent

Il n’est pas rare d’instaurer, sans s’en rendre compte, une relation de type filial avec notre responsable hiérarchique. Dans certaines situations professionnelles, cela peut être préjudiciable.

Prenons le cas d’un manager directif, exprimant ses demandes sans pincette. Selon le passé familial de la personne à qui il s’adresse, les réactions pourront être très différentes. Une personne ayant eu à souffrir durant son enfance d’un parent trop autoritaire pourra soit développer un comportement de révolte générant de nombreuses frictions avec son responsable, soit au contraire s’enfermer dans un comportement de soumission générant stress et surcharge de travail. Une autre personne, ayant grandi avec l’un de ses parents dans l’ombre de l’autre, pourra éprouver des difficultés à recevoir les directives de son responsable hiérarchique. Celui qui aura souffert d’un parent absent pourra, à l’inverse, vouloir absolument plaire à son manager.

Quelle que soit la configuration, ce biais dans la relation à notre responsable peut avoir des conséquences improductives : non exécution des plans d’actions, subjectivité dans le processus de décision, mutisme par peur d’être désapprouvé... C’est en prenant conscience de l’existence possible de ces mécanismes de reproduction que nous participons à l’instauration de rapports hiérarchiques plus sains avec nos supérieurs. 

Notre équipe, cette fratrie

Le travail collectif peut parfois nous renvoyer à des situations que nous avons vécues avec nos frères et sœurs. Qui n’a jamais vu un collègue prendre sous son aile la jeune recrue fraichement intégrée dans l’équipe ? Il se peut que cette personne ait eu de jeunes frères et sœurs dont elle s’est particulièrement occupée. Un adulte, qui a pu souffrir d’un manque d’attention personnelle au sein de sa fratrie étant enfant, peut développer au bureau certains traits de personnalité : inhibition, effacement, crainte des relations interpersonnelles, difficulté à s’exprimer en public, difficulté à partager de l’information, à faire valoir ses idées…

Il existe évidemment d’autres explications à de tels comportements, mais l’histoire personnelle, le rapport à nos « premiers pairs » est un élément à prendre en compte dans une réflexion de changement.

Notre besoin d’être aimé

Chercher l’amour dans le regard de l’autre est un besoin plus ou moins important selon les individus, leur parcours de vie. Au bureau, la reconnaissance de nos collaborateurs joue un rôle essentiel dans notre motivation. Il arrive que ce besoin de reconnaissance soit plus fort chez certains individus porteurs d’une carence affective héritée du passé. Les configurations familiales à l’origine de ce manque d’amour sont nombreuses et il serait difficile d’en faire ici une liste exhaustive : parents travaillant beaucoup, disparition d’un parent… Les répercussions dans leur quotidien professionnel peuvent être parfois difficiles à vivre : manque de Confiance en soi, sentiment d’auto dévalorisation, sentiment de persécution, susceptibilité, impression de ne pas être à la hauteur…

Nous ne réagissons pas tous de la même manière : d’autres individus pourront développer à la place un besoin de se survaloriser, d’être admiré, de s’octroyer la seule responsabilité de tous les succès…

Qu’elles se dévalorisent ou se survalorisent, ces personnalités narcissiquement fragiles posent souvent des difficultés à leur entourage professionnel. Comprendre les causes de leur fonctionnement permet de poser avec chacune un dialogue adapté et les aider peu à peu à modifier leur comportement.

Le temps qu’il nous reste

Dans ce qui fait notre personnalité professionnelle, notre rapport au temps joue un rôle essentiel. Une part importante de nos qualités opérationnelles dans le travail tient de notre capacité à « gérer » le temps qui passe.  Ce temps qui passe nous renvoie inéluctablement au temps qu’il nous reste.

Chez certains individus marqués par une confrontation brutale ou prématurée, à un deuil par exemple, cette problématique génère une angoisse qu’ils peuvent combattre en devenant hyperactifs, mués par un besoin de vivre vite et fort. Leur attitude au travail s’en trouvera d’autant influencée et peut être difficile à vivre pour les autres : multiplication des idées et des projets à mener, manque de précision, négligence du détail, aptitude à la dispersion, désorganisation, difficulté de concentration, inconstance dans les plans d’actions, retards systématiques aux réunions…  De tels profils, généralement très dynamiques, peuvent être de puissantes sources d’inspiration pour leur équipe. Mais ils peuvent aussi conduire rapidement à l’essoufflement et au découragement général, tant ils sont difficiles à suivre. Les canaliser, les faire réfléchir sur leur rapport au temps permet de leur apprendre à ralentir.

Notre expérience passée a dessiné les contours de notre personnalité. Notre enfance a joué un rôle particulièrement important dans ce processus. Notre rapport aux autres y trouve une partie de ses fondements essentiels. Prendre ce temps de la réflexion personnelle sur les traces de notre passé permet de prendre conscience de ce qui nous compose et de lever une grande partie des entraves à notre liberté de réussir.

Rodéric Maubras, Coach collectif, spécialiste des équipes en difficultés 
14/10/11
  Imprimer Imprimer Cet article sur votre blog
  Envoyer à un ami/collègue Envoyer à un ami/collèguePartager sur les réseaux sociaux : Facebook Twitter LinkedIn Viadeo
Liste d'articles relatifs à ce sujet : Gérer son équilibre ; Connaissance de soi / Emotions
 
Ne pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimer
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire.
Pour réagir à cet article, identifiez-vous ou créez un compte.

Newsletter
Test
Quel équilibre entre ma vie personnelle et le travail ?

Etre Bien au Travail : 5 bonnes raisons de s'inscrire
Notre sélection de Formations